Loading...
Informations

Manticore Reporting Solutions, photographe tout-terrain

Interview Leo Manticore

Aujourd’hui je vous propose l’interview de Leo Manticore, photographe qui se cache derrière la page Facebook Manticore Reporting Solutions (MRS) et qui sera prêt à vous suivre en plein coeur de l’action pour vous offrir de superbes clichés de vos meilleures actions de vous et de votre équipe.

Peux-tu te présenter et nous dire comment tu en es arrivé à l’Airsoft ?
Je m’appelle Sarino Leo Yan Guarneri, j’ai 21 ans et pas encore de domicile fixe tout à moi, mais ce sera en Gironde. Je suis italien, j’ai déménagé en France en 2005. Ça fait donc 11 ans en Italie, et 11 ans en France. J’ai pratiqué toutes sortes d’art mais je me suis arrêté en 2012 sur la photographie…Un an plus tard, grâce à un de mes amis du lycée, je suis rentré à la croix rouge française ou j’ai été en charge de la photo. C’est ce qui m’a déterminé à devenir qui je suis. Pour ce qui est de l’airsoft…Étant enfant j’adorais les armes blanches. Puis en grandissant je suis passé par les armes romaines, les samouraïs, puis les armées Napoléoniennes, la Première Guerre mondiale, la Deuxième, le Vietnam… Et mon monde s’est arrêté le jour où j’ai découvert le M16 A1 Vietnam, dans un dictionnaire illustré. tout a changé. Je me suis intéressé à l’airsoft dès mes 15 ans… Première réplique (CZ75 D compact) à 18 ans et me voilà 3 ans plus tard.

Quelle est ton approche de la photographie ?
Mon « art » est unique, puisqu’il applique l’enseignement rigoureux, stricte et cartésien du monde militaire, tout en étant un fils bâtard de l’art sous LSD. La prise de conscience complète qui n’a aucune limite, aucune conscience ni retranchements dans l’art. Et ça me permet de communiquer avec l’autre mes sentiments, ça c’est de l’or.
Ma photographie se lit sur mes manches, sur ma carte de visite, et sur mon Facebook. Je connais ce que je photographie depuis l’intérieur, non pas comme les autres, qui finalement sont spectateurs de leurs mondes, leurs modèles. Moi, j’y participe, je le développe.

Comment maries-tu ta passion pour l’airsoft et la photographie ?
Mon modus operandi est simple: reportage au plus près. Le mec court, je cours, il se cache, je me cache il crapahute, je crapahute. D’habitude je me situe à environ 1m/6m de mon modèle en pleine partie, pendant le jeu. Eh non, je ne crains pas pour mon appareil photo merci ;). Pour moi, la photo de modèles fixe sans mouvement et avec retouche Photoshop pour rendre le tout mignon, c’est de la merde !

Comment prendre contact avec toi pour un shooting photo et comment ce passe ce dernier ?
Pour prendre contact avec moi, rien de plus simple, vous avez le choix entre Facebook et Flickr où vous trouverez aussi mon adresse mail et mon numéro de portable. Comme ça chacun fait comme il le sent pour me contacter.
Comment se passe un shooting? Bien, en général. Enfin, personne n’est encore là pour s’en plaindre tout du moins: p. Évidemment on me contacte, je demande où se trouve la team et où elle compte jouer, ensuite je vais sur Google maps et je regarde où se trouve le trou perdu en question. Suite à
ça, je me rends sur place et une fois en contact avec les joueurs, avant ou après le briefing mais toujours avant le jeu, je m’intégrais en tant que « fusiller observateur » dans la team ou équipe. Je les suis, prend mes photos, sans gêner les joueurs pendant leurs actions. Une fois la journée finie je rentre chez moi, tri des photos, toutes les photos retenues sont traitées en post prod c’est environ entre 15 et 45 minutes par photographie (ouiiii j’aime mon boulot bordel!) suite à ça, je les publie sur Facebook et Flickr. Les intéressés sont prévenus du fait que les photos sont prêtes (ça prend en général 3 jours de boulot pour un shooting de 600 photos avec une équipe de 5) et soit je leur envoie, soit je leur donne en mains propres en version digitale sauf exception.

Quel matériel utilises-tu pour tes shootings ?
Voici une « petite » liste du matériel que j’utilise en shooting donc et à la maison :
→ Matériel photo : -> PENTAX K7 + obj 28-80/28-300/50 mm f/1.7 + philtre UV +philtre IR auxiliaire + carte SD 64go 95 bites par seconde (désolé j’ai pas résisté: p) / carte SD 32go 50 bit /s (en secourt) + grip batterie +sangle usa détachable + peinture custom MRS.
→ Tenue : Pantalon BDU, veste ACU, bob camo A-Tacs FG (bientôt remplacé par du CCE/DAGUET
FR), rangers Magnum spider sealth force waterproof 8.0, genouillère digital ACU, chest rig Defcon 5 « Commander » tan, combat belt Blackhawk tan, cagoule custom by Airhole tigerstripe, masque balistique Oackley pour casque lourd.
→ Matériel pour la post prod et autres : PC portable Asus Windows 10 8go RAM Intel i5 et tout le bordel nécessaire pour faire de bonnes photos pardi! (sans oublier mes collections.. Pour les froids jours d’hiver) Disque dur 500 GO USB 3.0, pad graphiste avec stylet, agenda professionnel, classeur de création d’entreprise, stock de cartes de visite.

La question douloureuse, combien coûte en général une journée de shooting (hors frais de déplacement) ?
En général un photographe pro en studio prendra entre 170 et 250€ pour entre 3 et 5 photos retouchées. Je demande 50€ négociables pour un groupe de joueurs à partir de 10 jusqu à 100 (50+50) en dessous de 10 je demande 70€ et pour les binômes, trinômes, je demande 40€ par personne, sachant que moins il y a de monde à photographier, plus l’attention et le soin que je peux porter aux photos des joueurs, ça tombe sous le sens. Et quand on est tout seul et qu’on veut m’appeler? Il y a la nourriture et l’hébergement en plus du shooting en lui-même, mais il est bien sûr possible de s’arranger.
Les frais de déplacement sont importants, mais il est possible de s’arranger pour ça aussi, en fonction des moyens des joueurs. Car comme dit auparavant avant d’être photographe et professionnel, je suis airsofteur. Et je connais la réalité du sachet de billes à 15€ en fin de semaine qui tire une balle dans le budget. Sans compter les consommables, nouveaux gears etc., bref des dépenses pour une passion chère. C’est un investissement. Mais celui qui me contracte (qui signe un contrat avec moi) en plus de s’allouer mes services, il achète les droits de détention possession et exploitation des photos que je lui aurai faite sur la journée (tout est écrit)
Enfin, comment va évoluer ton activité de photographe ?
Cela fait 3 ans maintenant (déjà…) que je suis photographe avec une véritable envie d’être professionnel. Pour l’instant je suis semi-professionnel d’où l’absence de publicité ouverte ou vente ostentatoire sur les réseaux sociaux, pour plusieurs raisons je suis limité. Mais d ici 2020 je compte ouvrir une agence photo spécialisée dans l’imagerie militaire de pointe dirigée vers un public civil airsofteur, mais aussi armée, police gendarmerie et forces de sécurité privée. Manque d’argent et d’infrastructure oblige, les choses vont au ralenti. Au final qu’est-ce qu’il y aura? Une agence de passionnés se rendant sur demande sur le terrain d’airsoft. Avec surtout une façon de faire, comprendre et vivre l’airsoft de l’intérieur. « une arme à bille qui tire des balles en plastique » vous n’entendrez jamais ce genre de phrase sortir de ma bouche, ou de celle d’un des membres de mon équipe, qui est en train de se rassembler. (d’ailleurs les candidatures sont ouvertes!) D’ici 2017, dépôts de marque, logo, nom d’entreprise, création de statuts d’entreprise. Rassemblement d’une équipe de production et rock’n roll baby !!

Je tien a remercier Sarino pour le temps qu’il m’as accordé pour réalisé cette interview et je vous poste si dessous tout les liens pour découvrir son travail et prendre contact avec lui.

Page Facebook : https://www.facebook.com/MRS-Manticore-Reporting-Solutions-1452016478376359

Flickr : https://www.flickr.com/photos/sarino_guarneri

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *