Loading...
NouveautésReviews & Techniques

Test Impact Arms

Vous pensez probablement que, rédacteur de blog, c’est un truc plutôt sympa. Que nenni ! Lorsqu’on ne nous demande pas de tester en avant-première un terrain, quand on ne fait pas de blague potache du premier avril, on se retrouve à tester une « nouvelle marque » de réplique… Engagez-vous, rengagez-vous qu’y disaient !

De nouvelles répliques… Belges !

Enfin, presque. « Airsoft Gun », dont le magasin physique se trouve à Grez-Doiceau, a eu l’idée d’importer des répliques à leur nom (Impact Arms, donc) depuis l’Extrême-Orient. Non, elles ne sont pas amoureusement assemblées de leurs blanches mains dans notre royaume. Mais, qu’est-ce qui l’est encore, de nos jours ?

Lors de l’annonce de cette nouvelle gamme, plusieurs personnes se sont gaussées : « c’est un repack de Specna Arms » ! « Repack » étant devenu une insulte dans notre communauté, l’importateur a tenu à préciser les choses. Les Specna Arms et les Impact Arms viennent bien du même fabricant (ce qu’on appelle un OEM). Elles sont donc produites dans la même usine, mais selon un cahier des charges différent : elles sont cousines. Qui sait, d’ailleurs, quels sont les grands noms qui font appel au même assembleur !

LA caractéristique principale de cette gamme est son changement rapide de ressort, qui semble très efficace. Décortiquons, mes braves, décortiquons.

Encore des M4 !

Bah oui, on s’est fait à l’idée depuis longtemps. La demande va majoritairement vers ce genre de réplique. Qu’on aime ou qu’on n’aime pas, elles ont l’avantage d’avoir un système éprouvé, des pièces facilement trouvables et un haut potentiel de customisation. Cette gamme est bien sûr compatible avec toutes les pièces du marché.

J’ai décidé de tester la version « M4 Special Operations », simplement parce qu’elle m’a tapée dans l’œil. C’est un modèle court, bien adapté au terrain sur lequel j’ai testé la bête : l’Infantry 44, près de Dour. C’est un endroit boisé, avec deux bâtiments, ce qui lui donne un petit goût de CQB.

Le packaging

DSC07529C’est une boîte en carton. De quoi aurait-on besoin en plus : le but est de transporter notre joujou jusqu’à la maison. Je n’ai jamais compris cette folie des « unboxing » qui décrivent précisément un contenant que l’on regarde en tout et pour tout 5 secondes dans sa vie. Bref.

À l’intérieur, en plus de la réplique, vous trouverez :

  • un sachet de billes cheapos à balancer ou, mieux, à utiliser dans une grenade… ;
  • une batterie « papillon » Ni-Mh de 9,6V ;
  • un chargeur de batterie à mettre directement au recyclage: ce n’est pas un modèle intelligent, il risque juste d’abîmer plutôt que de recharger votre accu ;
  • une tige de débourrage / nettoyage ;
  • un manuel traduit en français. Même si ce n’est pas de la grande littérature, il a le mérite d’exister. Malheureusement, il n’explique pas le système de changement de ressort rapide…

Bref, nous avons un kit « prêt à jouer ». Est-ce vraiment tout ce dont on a besoin pour se lancer sur le terrain ?

L’extérieur

Visuellement, la réplique en impose. La peinture – bien matte – est de qualité et semble ne pas vouloir se rayer facilement. Le corps est en métal (du zamak, bien sûr, faut pas rire, non plus). À part dans la crosse rétractable, il n’y a strictement aucun jeu : le faux silencieux, le garde-main, le lower et le upper sont tous très bien assemblés. Si vous êtes bricoleur et que vous modifiez la majorité des pièces internes, le corps vous suivra longtemps.

DSC07534Le sélecteur de tir est précis et reste bien en place avec un « clic » franc de bon aloi. La fausse culasse peut être bloquée en arrière pour vous aider à régler le hopup. Une pression sur l’arrêtoir permet de la refermer.

Le bloc hopup, en métal, est très classique, avec le système de réglage que nous connaissons tous. Ce n’est pas le bloc le plus simple à régler que j’aie utilisé. Lorsque vous aurez terminé de chipoter avec cette p***** de molette (non, je ne suis pas fan des hopups classiques de M4…), l’effet sur les billes est constant, même avec le joint d’origine.

Les instruments de visée, en métal aussi, sont réglables dans tous les sens et semblent franchement utilisables.

L’intérieur

DSC07555Les testeurs sont tout de même impitoyables. Avant même la première partie d’une réplique, nous prenons un malsain plaisir à démonter pièce par pièce les joujoux qu’on nous confie (je remercie d’ailleurs Airsoft Gun pour leur confiance). Alors, les entrailles seront-elles de bon augure ?

Le démontage de la réplique est on ne peut plus classique pour un type AR15. Excepté un détail qui a toute son importance: le tube de crosse et le guide ressort !

Pour enlever le tube de crosse, il suffit de dévisser l’écrou se trouvant à sa base, puis de faire une rotation d’un quart de tour. Et hop, c’est démonté. Vous verrez alors accès au guide ressort de la gearbox, que vous pourrez le dévisser en 10 secondes. Hé oui ! Avec de l’habitude, vous pouvez changer le ressort (et donc adapter la puissance) de la réplique en moins d’une minute. Franchement, c’est cool ! Le guide est monté sur roulement, ce qui permet d’éviter des torsions lors de la compression et de simplifier le cycle de la gearbox.

Le reste est très classique. La gearbox ne fait pas trop cheap. Les engrenages sont montés sur des roulements à billes. C’est bien pour la cadence, mais c’est aussi la première chose qui risque de casser. Si vous utilisez des ressorts violents ou passez en configuration « high speed », la durée de vie des roulements risque de baisser. Par contre, au vu du prix de bushings de remplacement, vous ne serez pas ruiné par une telle casse !

Ce qui étonne lors de l’ouverture de la gearbox, c’est l’absence totale de shims… Malgré cela, les engrenages ont un calage correct (pas parfait, mais correct tout de même). Visiblement, les tolérances de fabrication des pièces sont suffisantes : ce semble être une bonne nouvelle !

Concernant le graissage d’origine, on évite la grosse poix verte qu’on trouve en général dans les Cyma (ceux qui se sont déjà battus contre ce slime savent de quoi je parle). Le graissage est correct, sans excès. Encore un bon point.

Toutes les dents du piston sont en métal. Vous n’aurez donc pas à le changer pour fiabiliser cette réplique. Après nettoyage et lubrification à la graisse de silicone de l’o-ring de la tête de piston, le test de la seringue s’est avéré très positif ! Nous n’avons pas de pièce « super usinées en titane renforcé CNC laser cut », mais elles font leur taf.

DSC07574En bref, tout est très correct pour la gamme de prix. Si j’avais gardé la réplique, j’aurais bien sûr réglé l’angle d’engagement et fais un calage aux petits oignons, comme sur toutes celles que j’ai eues entre les mains !

Dernière bonne surprise : le câblage est « basse résistance ». N’ayant jamais testé l’efficacité de ce genre de câblage, je ne connais pas l’effet que ça a sur la cadence ou sur la réactivité, mais si vous avez l’habitude de faire cette modification, elle est faire pour vous !

Le moteur d’origine est un sans nom classique, tout gris, au couple faiblard, comme d’habitude. Personnellement, c’est la première chose que je changerai.

Et en jeu ?

Hé oui. Le « calvaire » ne prend pas fin ici. Il a fallu que je joue. On aura tout vu ! Le test a eu lieu sur le terrain de l’Infantry 44, à Dour, le 19 avril 2015. J’ai utilisé la batterie d’origine, des billes de 0,23 (353 FPS. Au chrony avec ces dernières). Avec cette configuration, la cadence est de 845 billes par minutes (14 billes / secondes), ce qui est tout à fait correct.

Le terrain est boisé, avec deux bâtiments industriels à l’abandon : un mélange d’engagement à longue distance et de CQB.

Trêve de bavardage : comment tire-t-elle, cette bestiole ? Bien, merci pour elle. Elle sort gentiment les adversaires sans devoir leur envoyer des brouettes de billes. La précision au coup par coup est correcte. Le groupement en full un peu moins vers les 30 mètres, mais avec un canon en laiton d’un diamètre intérieur de 6,08mm , le contraire eut été étonnant.

La manœuvrabilité de cette réplique courte est bien sûr excellente. Le sélecteur de tir, comme décrit plus haut, est précis et reste bien en place. Je ne suis jamais passé de semi en full par inadvertance, alors que je suis gaucher. Les joueurs dans mon cas comprendront. Pour les autres, essayez une M4 en temps que gaucher… Les éléments de visée font leur taf si, comme moi, il vous arrive de ne pas sacrifier à la mode des points rouges.

Pour le reste, c’est une M4. Personne ne sera surpris.

Conclusion

DSC07537Si vous craquez pour l’une de ces répliques, vous aurez un pack jouable (hormis le chargeur), à l’extérieur sympa, solide et qui sera une bonne base de customisation. L’ensemble a bien sûr des points faibles, mais, l’un dans l’autre, nous avons là un bon produit.

Les +

  • Un kit prêt à jouer presque cohérent
  • Câbles argent
  • changement rapide de ressort
  • piston dent « full metal »
  • aspect extérieur
  • le graissage des gears

les bof

  • Le bloc hopup
  • le moteur
  • graissage de l’o-ring de tête de piston

les –

  • Le chargeur de batterie

Merci pour votre lecture et bon jeu à tous !

One comment
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *